21 RUE DE LA BOETIE: UNE ADRESSE MYTHIQUE, UNE EXPOSITION INCONTOURNABLE

21 rue de la Boétie n’est pas seulement une adresse du IXème arrondissement de Paris mais c’est aussi le titre de la nouvelle exposition du Musée Maillol : ceci célèbre un lieu fascinant où l’art et l’histoire se fusionnaient. En effet, cette adresse correspondait à la galerie d’art de Paul Rosenberg, l’un des marchands d’art les plus influents de la première moitié du XXème siècle.

IMG_0098

Homme d’affaires avisé et amateur d’art éclairé, Paul Rosenberg appartenait à une famille passionnée d’art, à commencer par son père qui était antiquaire à Paris et son frère qui possédait lui aussi une galerie d’art dans la capitale. Paul se passionna pour l’art moderne et devint ami de Pablo Picasso, connu en 1918. La même année, le peintre réalisa un Portrait de Mme Rosenberg et de sa fille (habituellement conservé au Musée Picasso de Paris). Ce tableau est sans doute l’un des points forts de cette exposition : en effet, il symbolise le changement de style de Picasso qui s’orienta vers un langage figuratif, après la phase cubiste dans laquelle il se sentait désormais emprisonné. Paul comprit cette volonté de mutation et il le soutint.

IMG_0067

En plus du peintre espagnol, tous les artistes les plus prestigieux de l’entre-deux-guerres passaient sous le nom de Paul Rosenberg : Matisse, Léger, Braque. Ce dernier créa une série de meubles en mosaïques pour la Galerie de Paul, parmi lesquels une table qui est un véritable chef-d’œuvre d’artisanat, maintenant visible au Musée Maillol. Un fait intéressant est que Braque était aussi l’un des peintres exposés dans la galerie du frère de Paul, ce qui provoqua quelques conflits d’intérêt entre les deux frères.

IMG_0086

La Galerie Paul Rosenberg connut son âge d’or dans les années Vingt et Trente grâce au talent de ce marchand qui sut promouvoir ses artistes et tisser un réseau de clients fortunés, tant européens qu’américains. En effet, il fut parmi les premiers à avoir compris l’importance croissante du marché américain et pour cette raison il se rendait régulièrement aux États-Unis. C’est justement à New York qu’il présenta la première exposition outre-Atlantique consacrée à Picasso en 1923.

Ensuite, la métropole américaine devint sa terre d’asile en 1940 lorsqu’il quitta la France lors de l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale. Familier de cette ville à la différence des autres exilés, il avait déjà eu l’occasion d’y travailler et disposait d’amitiés précieuses, comme celle de l’influent directeur du Museum of Modern Art, Alfred H. Barr. Ainsi, il put ouvrir une galerie à Manhattan en 1941. En outre, pressentant l’imminence du conflit, Paul avait eu l’intelligence de disperser une partie de sa collection à travers le monde avant-guerre. Toutefois, nous pouvons imaginer son chagrin après avoir appris que sa galerie du 21 rue de la Boétie, surnommée la « Florence parisienne », avait été pillée par les Nazis dès le début de l’Occupation en mai 1940. Ensuite elle devint l’Institut d’Étude des Questions Juives. Ce qui fut pendant trente ans le temple de l’art était désormais le lieu d’excellence de la haine raciale.

Après la guerre, Paul Rosenberg s’engage dans un long combat pour récupérer ses biens volés. Néanmoins, de nombreuses œuvres restent aujourd’hui encore introuvables ou réapparaissent par pur hasard. Par exemple, le fils de Paul, Alexandre, arrêta à Aulnay-sous-Bois (commune au nord-est de Paris) un train en route vers la République tchèque : il était chargé d’œuvres d’art pillées par les Allemands, parmi lesquelles Alexandre découvrit des tableaux appartenus à son père. Un personnage emblématique, à la fois acteur et victime d’une période clé du XXème siècle.

Fiorella

Informations pratiques

Quand : du 2 mars au 23 juillet 2017

Adresse : 59-61 rue de Grenelle 75007 Paris

Comment y arriver : RER C (arrêt Musée d’Orsay) – Métro ligne 10 (Sèvres Babylone)    ou ligne 12 (Rue du Bac) – Bus n° 63, 68, 69, 83 et 84

Horaires d’ouverture : tous les jours de 10h30 à 18h30 – Nocturne le vendredi jusqu’à 21h30

Tarifs : plein tarif 13€, tarif réduit 11€

Site internet : www.museemaillol.com

Tél. : 01 42 22 57 25

Pour la version italienne cliquez ici

Annunci

I commenti sono chiusi.