LUDOVIC BARON, UN TALENT EN HAUSSE

 

j-b-2Un matin d’été, la Milanese a Parigi a été reçue au dernier étage d’un immeuble haussmannien de la rue du Faubourg Saint-Honoré, dans le VIIIe arrondissement. À nous attendre, Ludovic Baron, un jeune et très talentueux artiste photographe qui a toujours cultivé comme autodidacte la passion pour les dessins et les photographies.

j-3Dans ce showroom à l’allure parisienne, avec la lumière qui filtre à travers les grandes baies vitrées, c’est M. Baron en personne qui nous conduit à la découverte de ses œuvres. Nous apercevons la lumière dans ses yeux alors qu’il nous décrit ses tableaux, et de la fierté à juste titre. Nous avons été charmés par la série de photographies des Femmes en bleu, où la protagoniste est une figure féminine qui est toujours vue de dos. Quant au choix constant de la couleur bleue, l’artiste nous explique que « c’est la teinte royale, du succès ». En effet, ces tableaux nous apparaissent parsemés de symboles liés au pouvoir et à la richesse. Par exemple, la Femme en bleu face à ses pensées renvoie aux personnalités influentes qui décident de prendre une pause : ici la couronne, emblème de la puissance, est mise de côté. Ce qui nous a frappés est la multitude de détails et de messages plus ou moins évidents contenus dans chaque œuvre. M. Baron nous les a fait découvrir avec la ferveur d’un vrai passionné.

j5La Femme en bleu face à la mosquée blanche est remarquable à plusieurs points de vue : d’abord, la Femme en bleu est pour la première fois accompagnée d’un homme, ce qui laisse sous-entendre qu’elle ne pourrait pas sortir seule ; ensuite, nous avons l’impression qu’elle tirée par la traîne, qui représente ainsi la restriction. Une image qui offre des pistes de réflexion plus que jamais d’actualité.

En plus de cet aperçu des Femmes en bleu, toujours différentes les unes des autres, nous avons admiré des photographies qui nous témoignent du recours de l’artiste aux grandes œuvres de l’histoire de l’art : Le voyageur face à une mer de nuages est une réinterprétation de Le Voyageur contemplant une mer de nuages de 1818 du peintre allemand Friedrich. De même, Le radeau de la richesse perdue est une reprise moderne du Radeau de La Méduse de Géricault, chef-d’œuvre de l’art romantique français.

Dans cette dernière photographie, en plus des renvois au XIXe siècle, le cadrage et les jeux de lumières ne laissent aucun doute sur la grande maîtrise de l’art photographique de M. Baron. Un talent qui s’épanouit dans les portraits ainsi que dans les affiches publicitaires télévisuelles. Il n’est donc guère surprenant que cette approche cinématographique ait fasciné le Moulin Rouge qui lui a confié le premier projet après la sortie du célèbre film musical de Baz Luhrmann il y a quinze ans.

Il ne vous reste qu’aller découvrir la créativité sans limite de cet artiste en visitant son site internet et sa boutique en ligne, qui vient d’être inaugurée.

Fiorella

Informations pratiques :

Site Internet : ludovicbaron

Boutique en ligne :ludovic baron 

Si vous souhaitez lire l’article en italien: https://unamilaneseaparigi.com/2016/09/27/ludovic-baron-un-talento-in-ascesa/

 

Annunci
Comments
One Response to “LUDOVIC BARON, UN TALENT EN HAUSSE”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Le nom de Ludovic Baron nous évoque toujours quelque chose de merveilleux. C’est la merveille que suscitent ses tableaux, la merveille des lieux où il nous accueille et la merveille de ses yeux lorsqu’il nous présente ses créations. Car Ludovic Baron est un passionné et nous l’avions compris dès notre première rencontre, il y a un an, lors de l’inauguration de son showroom dans un magnifique établissement haussmannien de la rue du Faubourg Saint-Honoré (voir l’article “Ludovic Baron un talent en hausse“).  […]

    Mi piace