Le 5 ans du Parc Zoologique de Paris!

Hier, le 12 avril 2019, le Parc Zoologique de Paris a fêté ses 5 ans.

Est-ce qu’on pouvait manquer à cet anniversaire? Bien sûr que non!

Et nous voilà, tous les 5 partis à la découverte de ce lieu merveilleux…

Les 3 petites ont adoré et nous les grands aussi: les animaux ont des énormes espaces pour se déplacer en toute tranquillité, les lieux sont très soignés et propres et reproduisent exactement l’habitat de chaque espace animal .

Un parcours, bien expliqué, vous accompagne à la découverte des animaux les plus rares et des plantes de diverses zones climatiques.

Ce week-end festif a été l’occasion pour le Zoo d’annoncer l’arrivée de représentants de 5 nouvelles espèces, dans chacune des 5 zones géographiques que compte le Parc : les Otaries à fourrure australe, les Coatis, les Suricates et Otocyons, le Blob et le Requin bambou.

Durant ces trois jours, l’entrée sera gratuite pour les enfants de moins de 13 ans. Au menu des festivités : UN GRAND JEU CONCOURS. À gagner : dix lots dont une nuit au zoo ! Les gagnants vivront une expérience unique, ils assisteront à la fermeture et à l’ouverture du Parc avec les équipes animalières puis passeront la nuit dans un site privilégié du Parc. La participation au jeu s’effectuera via le site web, les réseaux sociaux et sur place. Une démonstration d’escalade sur le Grand Rocher et des initiations pour le public.

Un peu d’histoire:

En réalité, en 2019, le Parc Zoologique de Paris a fêté ses 85 ans, si l’on remonte à sa création en 1934 ; mais seulement cinq ans, depuis sa totale métamorphose en 2014, après trois années de travaux. De ses origines il a gardé son emblématique Grand Rocher et son renom.

Pour les visiteurs qui viennent s’y divertir et rencontrer les animaux, le Parc Zoologique de Paris est un zoo comme les autres. Pourtant, il se distingue des autres établissements animaliers par son appartenance au Muséum national d’Histoire naturelle. Établissement public, le Parc partage ainsi les missions du MNHN : la recherche, l’expertise et la diffusion des connaissances, et participe à la conservation des espèces. C’est pour mieux remplir ces missions que le zoo s’est transformé en 2014 et a choisi une organisation qui privilégie la mise en valeur des milieux naturels, pour mieux faire comprendre les interactions entre les êtres humains, la flore et la faune.

L’anniversaire des 5 ans est l’occasion de réaffirmer la qualité de la visite et les spécificités du Parc : la priorité accordée au bien-être des animaux, le cadre paysager et l’attractivité de la collection avec ses 194 espèces différentes, réparties dans cinq grandes zones géographiques appelées biozones : Patagonie, Afrique1 , Europe, Amazonie-Guyane2, Madagascar.

Engagé dans la protection de la nature

Les données récentes sont alarmantes : selon les chiffres du rapport « Planète vivante 2018 » de la WWF et de la Société zoologique de Londres, publié en octobre dernier, 60% des animaux sauvages ont disparu en 44 ans, entre 1970 et 2014. La perte de biodiversité est avérée, 41% des amphibiens sont également menacés ; la dégradation des sols, la pollution des océans, la surpêche, le réchauffement climatique, la réduction des forêts primaires… on n’en finit plus d’énumérer les menaces qui pèsent sur la nature et ses occupants.

Dans ce contexte, les zoos ont un rôle à jouer. D’une part, ils contribuent à sensibiliser les publics et notamment les nouvelles générations aux enjeux de demain ; d’autre part ils sont devenus des acteurs de la conservation des espèces animales dans le cadre d’échanges de données et d’animaux au niveau international. Les premiers programmes d’élevage coordonnés par les parcs zoologiques ont vu le jour dans les années 1980. Ils ont pour objectif de garantir la diversité génétique de populations captives afin de favoriser leur adaptation dans le cadre d’éventuelles réintroductions dans la nature. À ce titre, le Parc participe à plus d’une quarantaine d’EEP (Programme Européen d’Elevage). Parmi les animaux présentés au zoo, les babouins de Guinée, la loutre d’Europe, le propithèque couronné, le lamantin des Antilles, le grand hapalémur… sont notamment concernés par des programmes de conservation.

Un peu de chiffres…

200 personnes environ travaillent sur le site pour assurer la sécurité, la billetterie, les tâches administratives et comptables, les services d’accueil, de gestion de l’événementiel et de pédagogie, les travaux de maintenance, l’entretien des végétaux, le nettoyage, la restauration, la boutique… 100 agents sont employés par des prestataires du secteur privé et 91 agents travaillent pour le Muséum dont 3 vétérinaires, 2 assistants vétérinaires, 2 gestionnaires de collection animale, une équipe de 51 soigneurs et d’un chef soigneur ainsi qu’une registraire (ou gestionnaire de collection administratif et informatique).

Le Parc Zoologique de Paris accueille aujourd’hui plus de 1200 animaux de 194 espèces animales différentes : Mammifères 48 / Oiseaux 64 / Serpents, lézards, tortues 29/ Amphibiens 20/Poissons 23/ Insectes, araignées, crustacés 10. Les animaux présentés sont, dans leur très grande majorité, nés en captivité et issus d’échanges dans le cadre de programmes d’élevage internationaux.

 

Aurora 

I commenti sono chiusi.