Le nouveau livre de mon écrivain français préféré : Philippe DELERM

Vous ne pouvez pas imaginer l’émotion que j’ai ressentie hier en ouvrant ma boîte aux lettres, et au lieu d’être submergée par les publicités envahissantes (et interdites) habituelles, j’ai trouvé un exemplaire gratuit du dernier livre de l’écrivain Philippe DELERM, que son agence de presse avait voulu me faire parvenir.

Le énième cadeau que Paris me fait, et qui me persuade, une fois de plus du bien que j’ai fait à venir ici et commencer à raconter ce merveilleux pays qu’est la France, sur les “pages” de ce site.

Je connais cet auteur depuis de très très longtemps immémoriaux, je suis tombée amoureuse de son talent, quand j’étais étudiante à Milan, parce qu’il a décrit en détail, avec beaucoup d’art, les petits moments de la vie quotidienne qui vous rendent heureux.

Et qui, plus que moi, qui a créé une rubrique sur ce site, “la vie est un ensemble des petits bonheurs“, pourrait être submergé par la maîtrise avec laquelle Delerm nous entraîne dans son petit et grand monde ?

“La première gorgée de bière” m’a illuminé!

Cela a changé ma façon de savourer la vie.

Trop souvent, nous allons au-delà des détails, les considérant comme insignifiants.

Alors que ce sont ces petits détails qui changent nos jours.

Comme c’était le cas pour moi le fait d’ouvrir la boîte aux lettres hier.

Une action, répétitive, souvent ennuyante. Mais hier ça ne l’était pas.

Ce geste a changé ma façon de affronter ma journée.

Parce que j’avais son livre entre les mains et d’une certaine façon, c’était comme s’il était lui qui me l’avait envoyé.

Le livre “extase du selfie” en pilules :

Quels gestes laissez-vous échapper dont vous ne soupçonnez pas toute la signification?

Il y a les gestes qui portent en eux-mêmes tout un paradoxe : le selfie, par exemple, ce geste héros de notre temps ! Apothéose de soi-même !

Qui demande pourtant que l’on s’écarte de soi, au maximum, le bras tendu, pour se révéler le plus… uthentiquement ?
Et puis,il y a le «vapotage».

Avec la cigarette électronique, l’aveu public de l’addiction au tabac a pris une apparence furtive, presque honteuse : on biberonne en retrait, visage penché, regard fuyant.

Où sont passés les mouvements de mains mythiques des Lauren Bacall ou Humphrey Bogart? La féminité la plus mystérieuse, la virilité la plus compacte?
Pourquoi les hommes de pouvoir se grattent-ils sous leur chaussette?

Est-ce important de garder un verre à la main sans le boire?

Et que veut dire ce hochement de la tête, quand on acquiesce sans bien savoir à quoi ?
Émouvants, triomphants, empruntés ou satisfaits, nos gestes nous disent.

À lire Philippe Delerm, on se dit ouvent : « Mais oui bien sûr, c’est exactement cela ! »
Mais lui seul aura su décrire ces instants, avec tant de finesse et de vérité.

L’AUTEUR
Philippe Delerm, c’est d’abord l’histoire d’une formidable success story éditoriale.

Professeur de français installé en Normandie, il a connu les heures à guetter sa boîte aux lettres dans l’attente des réponses des éditeurs.

Puis ce sont douze livres publiés patiemment, avec une belle réception critique mais des ventes encore confidentielles.

Le recueil de textes qu’il fait paraître en 1997, à 47 ans, aux éditions de l’Arpenteur devient un phénomène sans précédent : La Première Gorgée de bière se vend à plus d’un million et demi d’exemplaires.
Un nouveau genre littéraire est né, dont Delerm est l’unique représentant: les instantanés littéraires.

Ses textes courts, chroniques d’une époque qu’il décrit mieux que personne, l’installent au rang de nos grands
écrivains contemporains, à la fois classique et populaire

I commenti sono chiusi.