Maison de la photographie Robert Doisneau et le Studio Lévin

A Gentilly, dans le sud de Paris, la Maison de la photographie Robert Doisneau vient d’inaugurer une exposition qui célèbre l’histoire du Studio Lévin. C’est la plus grande collection photographique d’Europe, avec un un fond d’importance colossale: 250.000 négatifs qui retracent toute la carrière de ce Studio. Né en 1934 dans un appartement de la rue Saint Georges dans le 9ème arrondissement de Paris, où Sam Lévin, photographe portraitiste d’origine russe, partagea son activité avec Lucienne Chevert: une collaboration destinée à durer un demi- siècle.

studio levin

© Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Sam Lévin

 

L’esthétique des premières photographies renvoie aux images cinématographiques des années Trente: un jeu subtil d’ombres et de lumières et des nuances de noir et blanc qui subliment les visages. En effet, dès le début cet atelier fut le lieu privilégié des célébrités du monde du spectacle: acteurs, chanteurs, comédiens et mannequins étaient attirés par le professionnalisme de ce duo Lévin- Chevert. Il serait un anachronisme pour cette époque de considérer ces photographies comme des portraits intimes: en fait, les personnages sont fictifs et ils jouent un rôle, en sachant que ces négatifs iront promouvoir l’image à montrer au public, sur les magazines, les posters etc.

Sylvie Vartan, sans date © Sam Lévin

© Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Sam Lévin

Jamais aucun client n’est sorti insatisfait des salons Lévin. Nous pouvons citer parmi les autres Burt Lancaster, Catherine Deneuve, Claudia Cardinale, Romy Schneider, Sophia Loren, Gina Lollobrigida. Sans oublier la star par excellence, Brigitte Bardot, dont les fonds Lévin conservent environ 4000 négatifs. On raconte qu’ à chaque fois qu’elle se rendait au Studio pour des prises de vues, Monsieur Lévin l’accueillait avec une fleur et une flute de champagne.

Sam Lévin et l¹actrice Gina Lollobrigida, sans date © Sam Lévin

© Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Sam Lévin

 

Bientôt le renom du Studio Lévin grandit et son adresse changea, installé dans la rue du Faubourg Saint- Honoré depuis 1937. L’année 1948 marqua un tournant dans l’activité Lévin grâce à la collaboration avec Unifrance, dont le Studio devint le principal fournisseur d’images. Cela consolida le rapport avec le cinéma français que Unifrance- Film promouvait à l’étranger. En plus, un projet avec les disques Barclays (pour lesquels Lévin réalisait les images pour les pochettes de disque) et l’ouverture d’une immense structure à Boulogne- Billancourt (les Studios internationaux de photographies) font en sorte que les années 1950- 1960 soient l’âge d’or du Studio Lévin. Cette période témoigne aussi de la réalisation des premières photographies à couleurs et d’une évolution dans la conception du portrait: en effet, ce qu’on peut voir à l’etage de la Maison de la Photographie est une serie de clichés où le mouvement des corps est mis en avant, alors qu’avant la guerre c’était plutôt le visage à être souligné.

Martine Carol, sans date © Sam Lévin

© Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Sam Lévin

Au cours des décennies, le Studio resta fidèle à une forme de qui fut sa marque de fabrique. Ce qui comptait vraiment était de mettre en évidence la singularité de leurs clients, en valorisant leurs caractères. Un mérite de Lévin et Chevert est d’avoir su suivre les changements en se réinventant. Leur talent était reconnu mais ils étaient bien conscients que l’image à reproduire devait être d’abord une affaire de marché, répondant à une commande et à des usages. Encore aujourd’hui, un grand nombre de photographies devenues emblématiques du monde du cinéma sont une création du Studio Lévin, filtrées par les yeux attentifs de ces deux grands photographes. C’est l’occasion de les (re)découvrir, à travers deux étages de photographies pour la plupart inédites.

 

Informations générales

  • Adresse: 1, rue de la Division du Général Leclerc, 94250 Gentilly
  • Horaires: du mercredi au vendredi 13h30- 18h30- samedi et dimanche 13h30-19h. Fermé les jours fériés
  • Transports: RER B, station Gentilly-  bus N° 57, V5, arrêt Division Leclerc- bus N° 125, arrêt Mairie de Gentilly- tram T3, arrêt Stade Charlety- Boulevard Périphérique, sortie Porte de Gentilly
  • Tel: +33 (0) 1 55 01 04 86
  • ENTREE GRATUITE
  • Du 17 juin au 25 septembre 2016

Fiorella

 

Annunci
Comments
One Response to “Maison de la photographie Robert Doisneau et le Studio Lévin”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Se volete leggere la versione in lingua francese dell’articolo cliccate qui Maison de la photographie Robert Doisneau et le Studio Lévin […]

    Mi piace